Partagez Anonyme Portrait de Louis-Charles-Othon, prince de Salm-Salm - Visitez le Musée lorrain à Nancy

Anonyme Portrait de Louis-Charles-Othon, prince de Salm-Salm

Entre 1770 et 1778
Huile sur toile ; cadre sculpté et doré
H. 201 ; l. 123 cm (avec le cadre)
Nancy, Palais des ducs de Lorraine - Musée lorrain,
inv. 95.418
Don de Frédéric Seillière, 1873

L’histoire complexe du pays de Salm croise celle du duché de Lorraine en 1597 lors du mariage de Christine de Salm avec François de Lorraine, comte de Vaudémont et fils du duc Charles III (1543-1608). Une partie des terres passèrent au duché sous le nom de Comté de Salm, l’autre conserva son indépendance et fut érigée en principauté par l’empereur Ferdinand II (1578-1637) en 1623. À la mort de Dorothée de Salm en 1751, ce fut son mari Nicolas-Léopold (1701-1770) qui lui succéda. Cette année-là, un nouveau partage fut signé entre Stanislas et le prince : la rivière de Plaine sépara dès lors les biens du premier, à l’Ouest, de ceux du second à l’Est. La capitale s’installa à Senones. En 1778, Louis-Charles-Othon (1721-1778) fils aîné de Nicolas-Léopold lui succéda. Le père et le fils firent construire deux châteaux dans leur capitale pourvue d’une place régulière et ordonnancée selon les principes de l’urbanisme du temps. La couronne passa ensuite au frère cadet, Constantin-Alexandre-Joseph (1762-1828), qui s’installa à Anholt (Westphalie). Pendant la Révolution, les habitants, en proie à une grande disette, se tournèrent vers la France et la principauté fut rattachée au département des Vosges le 2 mars 1793.

Dans la tradition des portraits de cour, le prince est représenté avec les attributs du pouvoir : vêtu d’un manteau d’hermine, il place sa main droite sur une couronne fermée. Un cordon de l’ordre de Saint-Hubert barre sa poitrine. L’œuvre est pourvue d’un riche cadre sommé de l’écu aux armes princières (deux saumons adossés sur un semis de croisettes) tenu par deux sauvages environné d’un manteau doublé d’hermine, surmonté de la couronne de prince d’Empire et entouré d’un collier de l’ordre de Saint-Hubert. En pied se déroule une inscription évoquant le modèle du prince éclairé « son empire seroit immense/si le ciel combloit nos souhaits/mais pour luy c’est assez d’avoir sous sa puissance autant de cœur que de sujets ».

Mireille-Bénédicte Bouvet

imprimer Retour
  • Anonyme, Portrait de Louis-Charles Othon, prince de Salm-Salm, huile sur toile, entre 1770 et 1778

    Anonyme, Portrait de Louis-Charles Othon, prince de Salm-Salm, huile sur toile, entre 1770 et 1778