Partagez #palaisenchantier – Les plaques photographiques - Visitez le Musée lorrain à Nancy

#palaisenchantier – Les plaques photographiques

Dès la rentrée, une importante campagne de récolement, dépoussiérage et conditionnement de quelques 7000 plaques photographiques a été lancée. Il s’agit de la toute dernière opération de transfert des œuvres conservées sur le site du palais ducal et qui intervient dans le cadre du projet de rénovation.

Ces œuvres photographiques, datant de la fin du XIXe et début du XXe siècle, sont constituées d’une plaque de verre et d’une couche d’émulsion photographique. Elles sont le plus souvent réalisées au bromure d’argent ou plus rarement au collodion (à base de nitrocellulose).

Dans un premier temps, un travail de pré-inventaire est réalisé par Manon Sahad, Laure Hilpert (IB Conservation) et Annabelle Thouveny (Grahal). L’opération consiste à attribuer un numéro d’inventaire pour chaque objet, relever des informations techniques (dimensions, technique utilisée...) et enfin établir une description sommaire de l’image (paysage, portrait, scène de genre, inscription…).

Ensuite, les techniciens de conservation se chargent d’une partie du conditionnement. Les anciennes pochettes inadaptées à la conservation sont retirées. Chaque pièce est minutieusement dépoussiérée puis déposée dans une pochette au bon format, plus sécurisée et en papier neutre.

Parallèlement, deux restaurateurs Lionel Reiss et Nadine Vera prennent en charge les plaques photographiques faites à base de collodion. Ces pièces sont plus rares et plus facilement sujettes à l’altération. Les restaurateurs veillent à stabiliser leur état de conservation en intervenant sur les différentes dégradations. Trois types d’opération sont effectuées : la consolidation de l’émulsion à la gélatine et à la tylose (type de colle neutre et réversible), quand l’impression photographique se décolle ou craquelle sur une zone encore restreinte ; le doublage avec une plaque de verre d’1 mm assemblée pour consolider les fêlures ou cassures sur les bords ou quand l’impression photographique se décolle ou craquelle sur une grande surface ; le triplage avec deux plaques de verre supplémentaires quand la pièce est véritablement cassée en plusieurs morceaux. Ce travail minutieux facilite également la manipulation et une éventuelle numérisation.

  • Nettoyage d’une plaque photographique

    Nettoyage d’une plaque photographique

  • Conditionnement des plaques photographiques

    Conditionnement des plaques photographiques

  • Nettoyage

    Nettoyage

  • Plaques photographiques en cours de conditionnement

    Plaques photographiques en cours de conditionnement

  • Pré-inventaire

    Pré-inventaire

  • Plaque photographique avant intervention du restaurateur

    Plaque photographique avant intervention du restaurateur

  • Intervention d’un restaurateur

    Intervention d’un restaurateur

  • Doublage effectué sur une plaque photographique

    Doublage effectué sur une plaque photographique

Une fois toutes ces étapes achevées, les pièces sont rassemblées dans des boîtes de conservation, qui seront prochainement transférées dans les réserves. Par la suite, chaque objet sera intégré dans la base de données des collections du musée, toutes les informations récoltées étant ainsi sauvegardées.